Faune et flore de Peisey-Nancroix

La faune, la flore, l’environnement

 

Peisey-Vallandry est situé dans le Parc national de la Vanoise avec pour panorama le Mont-Blanc, le Beaufortin et la Tarentaise. On peut y observer assez facilement des chamois ( nombreux depuis la réintroduction en 1992 de 5 individus en provenance de Termignon-en-Vanoise). Et des bouquetins qui sont près de 400 et qui ont été réintroduits en 1969 dans la vallée puis en 1980 dans la vallée de Champagny.

2 668 hectares de son territoire sont classés en zone centrale du Parc de la Vanoise (www.parcnational-vanoise.fr, le restant dans la zone périphérique du Parc). Celui-ci propose l’été cinq itinéraires de plusieurs jours et des randonnées à la journée au milieu d’un environnement exceptionnel.


Vous pourrez croiser des bouquetins, des chamois, le lagopède alpin, le tétras-lyre, des marmottes très nombreuses à Peisey-Vallandry, des lièvres variables, des chevreuils, des sangliers, des mouflons, le casse noix, la perdrix bartavelle,le crave à bec rouge, la chouette de Tengmalm, le pic noir,… et, avec de la chance, aigles royaux (2 couples) vers 1900 m, le faucon pèlerin, le hibou grand-duc et le gypaète barbu. Côté serpents, on peut rencontrer la vipère aspic, les lézards vivipare, vert, des murailles et l’orvet. Pour les poissons, le cristivomer, la truite arc-enciel, l’omble de fontaine, la truite de rivière ou truite fario et le vairon. Plus de 100 espèces de papillons dont le machaon et le grand nacré, le grand et le petit apollon, le solitaire, le damier de la succise et le protée.
loupPeut-être même le loup dont la présence a déjà modifié les habitudes des éleveurs.

Un couple de gypaète barbu a élu domicile depuis plusieurs années dans le vallon de Rosuel à Peisey-Nancroix. Quatre gypaètons barbus sont déjà nés, le dernier en mars 2009 est mort peu après. Peisyllon en 2005 et Plumo en 2007 se sont envolés. Par contre, un poussin né en 2006 était mort après quelques jours et en 2008, le nid avait été abandonné après 15 jours d’incubation. Une grande quiétude est indispensable dans le vallon même si ces pertes juvéniles sont habituelles.

Les forêts qui nous entourent sont le plus souvent des pécières – c’est-à-dire composées d’épicéas (cônes pendants sous le rameau au contraire de ceux du sapin qui sont dressés verticalement). On trouve aussi des mélèzes qui est le seul conifère à perdre toutes ses aiguilles en hiver, des pins cembro (cembraie mésophile des versants frais, ou cembraie à rhododendron et cembraie thermophile à genévrier nain), pins sylvestres, pins à crochets, sapins.

Flore : 200 espèces remarquables dont la primevère du Piémont, l’astragale de Lenzbourg, la cobrésie simple, la laiche à petite arête, la potentille blanc de neige, la saxifrage fausse mousse, le sabot de vénus, l’ancolie des Alpes, la cortuse de Matthiole, le chardon bleu, la linnée boréale, la gentiane utriculeuse, la pulsatille de Haller, la Hormin des Pyrénées, le trèfle des rochers, le lis martagon et le lis orangé, l’edelweiss, la gentiane de Koch, l’androsace alpine, l’androsace helvétique et l’androsace pubescente – qui forment des coussinets de fleurs roses. Et aussi le fameux genepi vrai et jaune, le tussilage pas d’âne, le dompte-venin officinal, les aconits paniculé et tue-loup, le vérâtre, les gentianes pourpres et jaunes, des myrtilles…

Point d’information du Parc à Peisey : Refuge de Rosuel, Porte du Parc National de la Vanoise, ouvert tous les ans du 1er juin au 30 septembre et joignable soit par téléphone en saison au refuge au 04 79 07 88 67, soit par portable hors saison 06 13 23 72 03. Ou encore par mél ou sur le site : Refuge de Rosuel.

Des idées pour se promener : Balade en montagne.