Météo

La Météo de Peisey-Vallandry

Météo du jour, prévisions et données climatiques et historiques pour Peisey-Vallandry (stations de Plan Peisey et Vallandry).

Les premières prévisions pour 2016 – 2017 annoncent un hiver plutôt dans les clous. Plus froid pour décembre et janvier et plus arrosé pour janvier et février par MétéoConsult avec un indice de fiabilité médiocre et MétéoFrance ne se prononce pas pour l’instant : pas de scénario privilégié.

Prévisions 3 jours :

Retrouvez les statistiques d’enneigement depuis 1993 à Peisey-Vallandry, Les Arcs.

Bulletin du jour enneigement et ouvertures : Bulletin Les Arcs-Peisey-Vallandry.

Les conditions en haut du Télésiège Comborcières : Météo Comborcières.

Météo France : Prévisions à 7 et 14 jours.

Prévisions, chutes de neige et isotherme à 3 jours : Savoie.

Ou encore : Skipass (météo à 8 jours, cm de neige annoncés).

Prévisions à 10 jours : Weather.com. Ou La chaîne Météo (15 jours). Ou les prévisions de neige de Snow-forecast.com (6j).

Retrouvez Le bulletin Neige et Avalanches et le bulletin enneigement (hors canons !).

État des routes : Savoie-route.

Les topos-climats : de l’adret, qui fût longtemps la pente noble de la montagne pour les cultures, à l’ubac qui abrite maintenant les stations de ski, d’un bout de rocher exposé au vent hivernal au côté protégé, de grandes différences climatologiques peuvent être observées en montagne, parfois à quelques mètres de distance. Comme par exemple entre un sol enneigé où la fonte de la neige entraîne une baisse de la température et une plaque de terre dégagée.

Vérifier l’enneigement : Webcams de Peisey-Vallandry.

Les mois les plus froids :
Pour la température moyenne : Janvier, puis Décembre, Février et Novembre. Pour les températures minimales : Janvier, Février, Décembre, Mars et Novembre.

Les deux régimes météo en Tarentaise

La Tarentaise est considérée comme un massif alpin interne. Moins de précipitations que dans les pré-Alpes, températures moins froides par flux de nord mais plus froides par redoux d’ouest.

Les régimes perturbés d’ouest/nord-ouest provoquent les chutes de neige les plus importantes.

Les régimes de sud provoquent au contraire un affaissement de l’air qui réduit l’activité des perturbations et s’accompagnent souvent d’un vent violent qui vient du col Saint-Bernard (Station de la Rosière) et descend vers Bourg-Saint-Maurice pour remonter vers nous. S’ils sont légèrement Sud-Est, ils favoriseront le retour du mauvais temps d’Italie vers nos régions frontalières (retour d’Est) avec des épisodes neigeux qui concerneront surtout la Haute-Maurienne et la Haute-Tarentaise. S’ils sont Sud-Ouest (cas fréquent), le mauvais temps restera bloqué le long de la chaîne Préalpine alors que le foehn (vent chaud d’altitude) sévira vers l’intérieur de la Tarentaise. Celui-ci est évidemment très mauvais pour l’enneigement et sévit en général 3 jours.

Le Réchauffement climatique et la neige

A lire : une étude très intéressante de l’évolution du manteau neigeux en Savoie de 1959 à 2008 (Pdf, 4 Mo).

Histoire de rêver : les rochers de Bellecôte disparaissaient début 1900 sous une épaisse couche de neige qui atteignait les barres rocheuses qui forment le soubassement de la paroi y compris en été ! Chutes de neige à Bourg-Saint-Maurice (836m d’altitude) hiver 1919-1920 : 3,36m. Hiver 1918-1919 : 3,83m. Moyenne annuelle de 1902 à 1914 : 2,205m (source : La neige dans les Alpes françaises, 1917). Snif !

Plus récemment, les années enneigées alternent avec d’autres peu enneigées : certains hivers ont été particulièrement déficitaires comme ceux de 1964, 1973, 1989, 1993 et 2002. D’autres ont été au contraire excédentaires : ceux de 1960, 1966, 1978 et 1982. Les années les mieux enneigées appartiennent à la décennie 1975-1985, alors que les moins bien enneigées se situent au début des années 1970 et entre 1987 et 1993.

La température de l’air à 1800 m durant l’hiver montre une augmentation de 1 à 3 °C sur les 40 dernières années (suivant les massifs). Cette augmentation est plus marquée que l’augmentation de température sur l’ensemble du territoire français au cours du 20e siècle (de l’ordre de 1°C). Les Alpes françaises apparaissent donc comme très exposées au réchauffement de l’atmosphère en période hivernale. Cette augmentation est surtout effective depuis les années 1980 et 1990.

Aucune réduction des précipitations de neige (intensité ou nombre annuel de chutes de neige) n’a pu être mis en évidence par des études scientifiques : sur les derniers quarante ans, le niveau moyen de précipitations est très stable malgré des variations mensuelles importantes.

Par contre, la neige tient au sol déjà vingt jours de moins qu’en 1960 d’après les nivologues.

C’est donc l’augmentation des températures qui est responsable de la diminution de l’enneigement ou des hauteurs de neige en moyenne montagne (moins de 1.800 mètres) en épaisseur et en durée. Le réchauffement est surtout marqué en milieu et fin d’hiver : + 1,5°C. A noter : les températures de début d’hiver n’évoluent pas de manière significative. De plus, un hiver peut être bien enneigé même s’il neige peu : si la neige tombe en début de saison et que la température de l’air reste ensuite basse toute la saison.

Plan Peisey compte quand même jusqu’à 200 jours de gel partiels ou non par an. A noter : la température s’abaisse de 1°c environ tous les 200m. Le mois le plus enneigé : mars.

Pour l’avenir. Les canons à neige devraient compenser la hausse des températures dans les 20 prochaines années si on espère que le ralentissement du Gulf Stream viendra ralentir le réchauffement prévu. Après …